Huit membres de l'association des Amis du musée des Beaux-Arts invitent à découvrir leur coup de coeur de la collection par des visites flash.

Je me suis portée volontaire ...sans peur .... !

J'ai choisi de présenter le Portrait de Max Jacob, peint en 1933 par Pierre de Belay, tous deux quimpérois liés d'amitié, nés à la fin du XIXème siècle, à 14 ans d'écart, Max Jacob étant l'aîné.

L'exercice est intéressant, tant pour la personne qui offre son coup de coeur pour le travail et les recherches que cela induit que pour l'auditoire. Il  permet de découvrir des oeuvres sous un jour nouveau, gràce à l'enthousiasme de la personne qui expose, novice la plupart du temps pour un tel défi !

                                                                                                    3Max Jacob par Pierre de Belay 1933

 C'est donc Max Jacob, assis dans un fauteuil confortable de l'atelier de Pierre de Belay à Montparnasse, dans une mise en scène étonnante. Il semble assis sur le quai de l'Odet. Les flèches de la Cathédrale Saint-Corentin apparaissent au loin. La palette de Pierre de Belay apparait dans les tons du portrait.

Pierre de Belay est un jeune peintre prodige dont le service militaire puis la première guerre mondiale auraient pu être irrémédiables pour sa carrière artistique. 

Il n'en est heureusement rien, puisque Pierre de Belay, doué d'un caractère farouchement idépendant, observateur attentif des courants artisitiques de l'époque fauvisme, cubisme, surréalisme trace sa propre voie sans fréquenter ni académie privée, ni ecole des beaux-arts, ni atelier célèbre.

Son oeuvre se scinde en deux terrains d'observation : la vie parisienne et la Bretagne.

De la première, voici quelques croquis de ses oeuvres découvertes et admirées au musée de Morlaix losr de la visite de l'expositon qui lui est consacrée.

PdB 1      Le Bal Tabarin était un cabaret parisien situé au piede de Montmartre. Fondé en 1904 par le compositeur et chef d'orchestre August Bosc, il devient très vite le rendez-vous du  "Tout Paris" et des artistes.

                                                     

                                                                       Marguerite de la nuit, 1935,      PdB 2

 

Cette oeuvre est dédiée à Pierre Mac Orlan avec lequel il se lie d'amitié. Souvent ils passent la nuit ensemble au Lapin Agile.

 

Les coulisses des music-halls, les loges de théâtre, les salles de restaurant n'ont aucun secret pour lui, tout comme les derniers vêtements et coiffures à la mode.  

Dans la loge PdB

 

 A partir de dessins qu'il croque sur le vif, il multiplie les scènes sur les thèmes des cafés et des restaurants.

Pierre de Belay

 

 Source de textes Pierre de Belay par André Cariou